Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That

Un compte-rendu de Marie-Philippe Mercier Lambert

Le collectif Habiter le contemporain_Not Built For That est composé de Devora Neumark, artiste multidisciplinaire et chercheure-professeure au Goddard College au Vermont, de Louise Lachapelle, enseignante au Collège De Maisonneuve et chercheure au centre Figura de l’UQAM, et de Pierre Corriveau, architecte, CGA. L’atelier Habiter le contemporain_Not Built For That tenu dans le cadre du colloque Figura 2014 constitue la deuxième phase d’une série de rencontres entre les trois interlocuteurs. S’intéressant aux lieux et aux différentes façons dont ils sont investis par leurs utilisateurs, Neumark, Lachapelle et Corriveau ont entretenu une conversation explorant « les spaces of mindfulness, la dimension relationnelle d’un milieu et notre « responsivité » à celui-ci, ainsi que le caractère « réactif » des lieux aujourd’hui[1] ». Leur démarche cherchait également « à reconnaître et à comprendre les tensions et les potentialités du vivant dans un milieu[2] ».

Les huit interventions in situ de l’atelier, réalisées au cours du mois d’avril 2014, se sont chaque fois tenues dans un lieu différent, témoignant toujours d’une relation particulière et spontanée de l’habitant à son environnement. Les endroits sélectionnés étaient tous symptomatiques d’un usage s’écartant de celui qui était initalement prévu, et les interventions s’attachaient à rendre visible cette vocation inattendue. Bien que la localisation géographique générale de chaque intervention (le nom du quartier où elle aurait lieu) était disponible sur le site web de l’atelier, l’endroit précis était annoncé seulement trente minutes à l’avance sur le compte twitter @NotBuiltForThis, afin de préserver la nature furtive de l’intervention. Également, cliquez ici pour vous rendre sur le site de l'artiste et visionner des vidéos de quelques interventions


Les interventions


Not Built For Separation, 13 avril, 10h30, Pointe Saint-Charles
Localisation : Entre l’Église Saint-Charles et l’Église Saint-Gabriel (2115 et 2157 rue Centre)

Les deux églises voisines, Saint-Charles et Saint-Gabriel, appartiennent respectivement à aux communautés catholiques francophone et anglophone de Pointe-Saint-Charles. L’intervention consistait à placer des micros à l’intérieur de chaque église et à diffuser le son des liturgies de chaque église à l’aide de haut-parleurs placés côte-à-côte à l’extérieur, à un point intermédiaire devant les églises. Quiconque passait devant pouvait ainsi entendre la messe du dimanche des Rameaux dans les deux langues, réunissant ainsi temporairement les deux groupes linguistiques dont la division, voire la rivalité, est notoire et emblématique de la métropole québécoise.


Not Built For Public, 14 avril, 16h00, Plateau Mont-Royal
Localisation : Dans le tunnel de la rue Berri, sous la rue Shebrooke

 Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Public, 14 avril 2014.

Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Public, 14 avril 2014.

Dans le cadre de cette intervention, deux enregistrements audio légèrement différents provenants des manifestations étudiantes du printemps 2012 ont été diffusés dans chacune des deux parties du tunnel Berri. D’un côté, on pouvait entendre les cris et slogans des manifestants, alors que sous l’autre arche, l’enregistrement permettait plutôt d’entendre des sirènes de police et des bruits de confrontations entre policiers et manifestants. En passant à l’intérieur du tunnel, on pouvait donc entendre cette clameur, rendue d’autant plus claire par l’écho des arches, qui lui-même rendait ce lieu particulièrement symbolique lors des manifestations en 2012. Au passage, on pouvait aussi apercevoir quelques inscriptions en lien avec les événements de 2012 sur les murs du tunnel, témoignages affadis mais encore lisibles de l’appropriation par les manifestants à pied de ce lieu conçu pour les voitures.


Not Built For Crossing, 15 avril, 5h00, Mile-End
Localisation :Au bout du Champ des Possibles, entre les rues De Gaspé et Henri-Julien (limite Nord)

  Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Crossing, 15 avril 2014.

Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Crossing, 15 avril 2014.

Le chemin de fer divisant Rosemont-Petite-Patrie du Mile-End constitue une embûche quotidienne aux piétons voulant se rendre d’un quartier à l’autre rapidement – surtout ceux désirant se rendre du Mile-End à la station de métro Rosemont, géographiquement très près, mais difficile d’accès si l’on emprunte le chemin prévu à cet effet. L’intervention consistait à creuser, tout près d’une brèche dans la clôture ceignant le chemin de fer, le début d’un tunnel qui relierait hypothétiquement le Mile-End à Rosemont. Une fois l’amorce de tunnel creusée, Neumark, Corriveau et Lachapelle ont laissé quelques pelles dans le monticule de terre, ont encerclé la zone de ruban jaune et ont disposé quelques cônes autour du trou. Le tout était accompagné d’une affiche posée sur la clôture et se lisant « BIENTÔT! Tunnel reliant le Mile End et Rosemont / Fatigué de regarder passer le train? D’attendre un pont entre le Mile End et Rosemont? Saisissez la pelle de la clandestinité! »


Not Built For Contemplation, 16 avril, 16h00, Griffintown
Localisation : Viaduc Smith, sous l’autoroute Bonaventure, à l’angle des rues Peel et Smith

Le viaduc où s’est tenu cette intervention est connu pour être investi et habité par des gens sans-abri. L’histoire de Sin Le, un homme d’origine vietnamienne vivant sous le viaduc et cultivant plusieurs variétés de légumes dans un potager qu’il a lui-même aménagé, a notamment été portée à l’attention du public par l’entremise d’un article paru dans La Presse du 4 septembre 2012. Inspirés par cette histoire, Neumark, Lachapelle et Corriveau sont venus sous le viaduc Smith et y ont déposé un carré de tourbe, non loin de quelques abris de fortune, aménageant ainsi un petit espace de verdure dans ce lieu fondamentalement inhospitalier.


Not Built For Rape, 17 avril, 22h00, Centre-Ville/Shaughnessy village
Localisation : À l’intérieur de l’édicule de la station de métro Lucien-Lallier

  Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Rape, 17 avril 2014.

Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Rape, 17 avril 2014.

Cette intervention porterait peut-être plus justement le titre de « performance » : deux performeuses, vêtues de façon à ressembler à des escortes, proposaient aux utilisateurs de la station de métro Lucien-Lallier un service d’escorte « à des fins sécuritaires seulement ». En présentant une carte d’affaires portant les coordonnées du projet Habiter le contemporain – Not Built For That, elles proposaient aux voyageurs de les escorter de l’entrée de l’édicule jusqu’aux tourniquets du métro, ou l’inverse, en essayant d’engager la discussion afin de faire de la sensibilisation quant aux dangers auxquels les femmes font face en se déplaçant seules la nuit, ainsi que ceux auxquels s’exposent les travailleuses du sexe. La performance a donné lieu a plusieurs situations intéressantes, surtout auprès des hommes, qui réagissaient assez vivement au fait de se faire aborder par des « escortes ». Quelques minutes de discussion suffisaient toutefois généralement à faire comprendre la situation à tous.


Not Built For Extraction, 18 avril, 9h00, Westmount
Localisation : Devant la maison Timmins, au 55 et 65 Place Belvédère

 Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Extraction, 18 avril 2014.

Atelier Habiter le contemporain_Not Built For That, Not Built For Extraction, 18 avril 2014.

La maison Timmins, dans Westmount, possède une histoire assez particulière : originalement construite pour Noah Timmins, un magnat de l’extraction minière, elle a subséquemment été coupée en deux par les héritiers de la famille afin d’en faciliter la vente. Elle se tient aujourd’hui aux 55 et 65 Place Belvédère, à Westmount, et la scission entre les deux portions de la maison est encore visible. L’intervention se déroulait dans la rue, devant la « fissure » entre les deux portions de la maison, où une réplique de la maison en carton avait été placée. L’espace entre les deux parties de la maison était constitué de plexiglas et comportait un trou, par lequel l’espace était rempli de sable – qui était, incidemment, de la même couleur que le carton de la maison. Au début de l’intervention, la maison semblait ainsi complète. Une trappe sous la maison était ensuite ouverte, et le sable s’écoulait peu à peu, laissant apparaître le clivage, et faisant écho à l’extraction minière comme au clivage de la maison réelle, juste derrière la réplique.


Not Built For Opening, 23 avril, 18h30, Quartier Latin
Localisation : sur les lieux du colloque Figura, salle D-R200 de l’UQAM

Cette avant-dernière intervention, qui s’est tenue lors du cocktail d’ouverture du colloque Figura 2014, consistait à construire un abri d’urgence, dont l’architecture de papier et d’aluminium s’inspirait de ceux bâtis pour les réfugiés rwandais suite au génocide de 1994. L’abri était ironiquement érigé à l’intérieur de la salle D-R200 de l’UQAM, prévue pour des « activités avec dignitaires, conférences prestigieuses, cocktails officiels, lancements de livres, etc »[3]. Il contenait diverses affiches sur le projet Habiter le contemporain_Not Built For That, et permettait à quiconque y entrait de s’informer sur les autres interventions de l’atelier.


Not Built For Building, du 24 avril à 10h au 25 avril à 10h, Montréal-Ouest
Localisation : Falaise Saint-Jacques, entre l’échangeur Turcot et l’intersection des rues Pullman et du boulevard Saint-Anne de Bellevue (accès derrière Quilles GPlus, au bout du boulevard Cavendish)

Cette intervention, liée de très près à la précédente, prenait aussi la forme d’un campement temporaire, cette fois-ci installé sur le territoire de la falaise Saint-Jacques, non loin de l’échangeur Turcot. Corriveau, Lachapelle et Neumark se sont installés dans ce campement et l’ont occupé pendant vingt-quatre heures, soit du 24 avril à 10h jusqu’au 25 avril à la même heure. Ce terrain fait l’objet de plans controversés pour le réaménagement de l’échangeur Turcot, puisqu’il s’agit d’une aire où vivent des couleuvres brunes, animaux dont le statut est considéré comme « précaire ».


[1] Site web de l’atelier : http://colloque2014figura.uqam.ca/evenement/%C2%ABhabiter-le-contemporainnot-built-that%C2%BB

[2] Idem.

[3] Planification et gestion des espaces, service des immeubles et de l’équipement, UQAM